عربي | English
Accueil | FAQ | Contact | La carte du site
Le Maghreb dans les Sciences Sociales
La Fondation | Bibliothèque et collections | Catalogues et offre numérique | Activités scientifiques et édition | Liens du Maghreb
 
Bibliothèque et collections
   

La bibliothèque

Règlement intérieur

Collections de monographies

Collections de périodiques

Collections de thèses

Collections de manuscrits
et de lithographies

Collections spéciales

Accès aux collections

Autres services

››› La bibliothèque

La naissance
La politique de constitution et d’enrichissement des collections
Les nouvelles technologies

Le système d’information
L'offre numérique

 La naissance

La Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les Etudes Islamiques et les Sciences Humaines a été fondée au début des années 1980 et a ouvert les portes de sa bibliothèque aux lecteurs à partir de l’été 1985. Elle est venue combler un déficit en documents et en informations scientifiques vivement ressenti parmi les chercheurs, les étudiants universitaires et même par plusieurs secteurs professionnels dans les domaines des études islamiques et des sciences humaines et sociales.

La Fondation a entrepris durant les premières années de mettre en place sa bibliothèque en constituant un premier noyau de documents (monographies et périodiques). Elle a suivi en cela une logique encyclopédique qui visait à disposer des grands classiques et des références ayant trait aux différents domaines couverts par la charte d’acquisition. Ainsi, la Fondation est parvenue à offrir aux lecteurs de sa bibliothèque, vers 1989, quelque 60.000 références dans les principales langues de travail (arabe, français et anglais).

La politique de constitution et d’enrichissement des collections

Assurer le suivi de la production académique dans les principales langues de travail dans les domaines des études islamiques et des sciences humaines et sociales et en offrir les meilleurs travaux à ses lecteurs est un choix judicieux de la part de la bibliothèque de la Fondation. Mais la direction de la Fondation a jugé nécessaire, à partir de 1989, d’adopter une nouvelle politique de constitution des collections dans le dessein de faire de sa bibliothèque une référence incontournable dans le domaine des études portant sur le Maghreb et sur l’Occident musulman dans le passé et au présent. De ce fait, la Fondation a entrepris, depuis 1989, de chercher à acquérir le maximum possible de documents sur cet espace y compris la création littéraire. Destiné aux académiciens, aux chercheurs, aux étudiants universitaires et aux professionnels travaillant dans les domaines des médias, de la justice, etc., le fonds documentaire ainsi constitué ne porte pas sur les manuels, la création littéraire arabe (autre que maghrébine) et mondiale, etc. (voir la charte des acquisition).
Afin de mettre en œuvre cette politique, la Fondation a graduellement recruté les compétences humaines, mis en place des procédures et établi un réseau de relations avec des bibliothèques, des éditeurs, des distributeurs et des auteurs lui permettant d’accumuler le maximum d’informations sur ce qui se produit dans le monde du livre pour ensuite en sélectionner ce qui relève de sa politique d’acquisition. La Fondation a également établi, durant à peu près un quart de siècle d’activité, un réseau relationnel intéressant avec les institutions scientifiques et bibliothéconomiques de par le monde. Ce réseau joue un rôle important dans l’enrichissement du fonds documentaire de la bibliothèque via les échanges et les dons.
La bibliothèque de la Fondation ne s’est pas contentée d’acquérir les documents imprimés et des microformes, elle a aussi accompagné l’évolution des nouvelles formes d’édition et de diffusion de textes et d’informations. Elle s’est donc mise à constituer une bibliothèque numérique en s’abonnant à des bases de données textuelles accessibles à travers Internet ou à travers des Cd-Roms.
Cette politique de constitution des collections fait de la bibliothèque de la Fondation une des principales références en matière d’études maghrébines et une source de documentation et d’information incontournable au Maroc en matière d’études arabo-musulmanes et de références théoriques dans les domaines des sciences humaines et sociales.

Les nouvelles technologies

Le système d’information

Pour accompagner l’évolution accélérée des technologies d’information et de communication et plus particulièrement au niveau de la gestion des bibliothèques et des informations, le système de gestion de la bibliothèque de la Fondation a évolué en quatre phases :

1ère phase : un système de gestion de base de données avec architecture centralisée : MINISIS

Le système de gestion des bases de données MINISIS a permis à la Fondation d’automatiser les opérations de catalogage, d’indexation et de classement. La Fondation a opté pour ce SGBD, au début des années 1980, parce qu’il était capable de traiter le caractère arabe.
Avec MINISIS, la Fondation a pu constituer sa première base de données d’ouvrages et de revues : Mawsu’a. Elle a en outre élaboré une seconde base de données sur les études relatives au Maghreb et à son environnement géographique, historique et culturel : Ibn Ruchd. Cependant, les faiblesses de ce SGBD, qui a énormément aidé la Fondation durant les premières années de sa constitution, ont commencé à devenir handicapantes au fil des années, surtout sur les plans de la gestion budgétaire, de l’usage des bases de données, de l’accès rapide à l’information bibliographique, etc. Il fallait donc se doter d'un système alternatif.

2e phase : solutions provisoires

Le système alternatif doit satisfaire à un ensemble de principes :

- le principe de la diversité linguistique, en permettant le traitement de différentes langues, notamment l'arabe ;
- le principe d'intégration, en comportant des systèmes intégrés d'acquisition, d'indexation, de périodiques et de circulation ;
- le principe d'ouverture, en disposant d'un protocole d'échange de données bibliographiques ;
- le principe de diffusion de l'information, en permettant l'extraction et la diffusion de l'information bibliographique ;
- le principe d'économie, en réunissant les meilleures conditions en termes de qualité/prix.

En attendant de recevoir des offres satisfaisantes, la Fondation a opté pour des solutions provisoires, produites par ses propres services et qui se résument à une base de données SQL interrogée et alimentée par des postes clients utilisant MS Access et Visual Basic.

3e phase : stabilisation et rationalisation des éléments du système d’informations

Durant les cinq premières années du 21e siècle, la Fondation est entrée dans une troisième phase caractérisée par une focalisation des efforts de son staff sur l’enrichissement et l’amélioration des bases de données existantes : créer des fichiers d’autorité auteurs, de collectivités auteurs, de collections et d’éditeurs. Elle a procédé à la reprogrammation du thésaurus Ibn Rush et à la programmation des outils de classification Dewey. Elle a aussi lancé son portail bilingue sur Internet avec son catalogue en ligne. La Fondation a enregistré d’autres réalisations couronnées par l’édition en 2005 d’un Cd-Rom bibliographique consacré aux études relatives au Maghreb et à son environnement géographique, historique et culturel : Maghreb Index. Cet effort aboutira par la suite à l’édition de trois autres bases de données bibliographiques sur Cd-roms : Etudes Maghrébines (2006), La traduction des sciences humaines et sociales dans le monde arabe contemporain (2007), Thèses marocaines (2009).
La Fondation qui fêtait son 20e anniversaire en 2005 a voulu en faire le jour de départ d’une réflexion sa propre expérience. En matière de système d’information, elle a confié à une société spécialisée le soin de conduire une évaluation de l’ensemble de son système d’information et donc fournir une réponse à la question suivante : quel système doit-on adopter, doit-on le développer en interne ou est-il plus raisonnable d’acheter un système auprès d'un éditeur international ? Les résultats de cette évaluation ont souligné les réalisations de la Fondation en interne par rapport au savoir-faire informatique, documentaire et informationnel de son équipe, mais surtout au niveau du traitement du caractère arabe. Ils ont aussi mis l’accent sur la nécessité pour la Fondation de se doter d’un véritable système d’information.
La Fondation a fini par faire le choix, en 2007, d’acheter un système d’information clé en main.

4e phase : système d’informations Horizon / Symphony

Sur la base des études des propositions qu’elle a reçues de la part des éditeurs et des sociétés de logiciels, des tests effectués en interne et en externe ainsi que du suivi des évolutions à l’international des systèmes intégrés d’information et de gestion des bases de données, la Fondation a fini par commander l'édition 8 du système d’informations Horizon qui répond, à un certain degré, à ses attentes plus que les versions antérieures. La société née de la fusion des deux éditeurs des systèmes concurrents, Horizon et Unicorn, a élaboré un nouveau système, Symphony, aboutissement de l'intégration des deux.
Trilingue (arabe, anglais, français), le système d'information est doté des modules de catalogage, d'acquisition, de gestion des périodiques et de circulation, avec des protocoles d’échange de données et un OPAC dynamique.

L'offre numérique

Pour être en phase avec l'offre et la demande numérique, la Fondation s’est abonnée par Internet à la base de données Academic Search Premier, accessible via l’agence d’informations EBSCO. Cette base de données comporte les textes intégraux de milliers de périodiques académiques couvrant plusieurs disciplines : histoire, sociologie, anthropologie, psychologie, philosophie, économie, droit, théologie, éducation, linguistique, littérature, etc. Elle est accessible à tous les adhérents de la bibliothèque gratuitement depuis les locaux de la Fondation.
De plus, la Fondation, qui initie depuis 2002 un projet de numérisation des sommaires de revues sur le Maghreb qu’elle met à la disposition du public sur son portail, a généralisé l’opération à l’ensemble de son fonds de périodiques (quelque 170 000 numéros).